Vous êtes dans la ZONE DOSSIER. Pour retourner dans la boutique cliquez sur le logo

Les meilleures huiles essentielles pour traiter les verrues

Les verrues, ces petites excroissances présentes à la surface de la peau, touchent en moyenne un individu sur dix. Elles peuvent être localisées à différents endroits (mains, pieds, visage) et revêtir des aspects très divers. Causées par un virus nommé le papillomavirus humain ou HPV, elles sont peu douloureuses et majoritairement bénignes. Ces excroissances sont en revanche peu esthétiques et bien souvent légèrement contagieuses : il est donc préférable d’en venir à bout.

Dans ce dossier, nous vous proposerons des synergies à base d’huile essentielles pour traiter les verrues, nous vous expliquerons ce qu’est une verrue, qu’elles en sont les causes, quelle est généralement son évolution et dans quelles circonstances la consultation d’un médecin devient indispensable. Vous bénéficierez enfin des conseils pratiques de notre pharmacien pour limiter leur apparition et leur prolifération.

Les meilleures huiles essentielles pour traiter les verrues

 

   Les recettes express   

Soin local à base d’huiles essentielles pour traiter les verrues

Soin local à base d’huiles essentielles pour traiter les verrues

Pourquoi on l’aime : mélange d’huiles essentielles antivirales, antiseptiques, antibactériennes et dermocaustiques, cette synergie est idéale pour venir à bout des verrues en éradiquant le papillomavirus qui en est la cause.

Ingrédients :

  • 50 gouttes d’huile essentielle de tea tree
  • 30 gouttes d’huile essentielle de cannelle de Chine
  • 30 gouttes d’huile essentielle de thym à thymol
  • 40 gouttes d’huile essentielle de pamplemousse
 

Préparation : versez les huiles essentielles dans un flacon compte-goutte de 5 ml en respectant les dosages préconisés. Secouez pour homogénéiser la préparation.

Comment l'utiliser :

appliquez 2 gouttes de la synergie sur la verrue à l’aide d’un coton tige puis couvrez avec un sparadrap. Cette synergie est dermocaustique, ce qui constitue ici un avantage de choix pour attaquer la verrue plus profondément. Evitez cependant de l’appliquer sur la peau saine autour de la verrue. Renouvelez l’application 2 fois par jour jusqu’à disparition.

Précaution : ne pas utiliser chez la femme enceinte ou allaitante et chez les enfants de moins de 12 ans. Cette synergie est fortement dermocaustique : ne pas appliquer sur de la peau saine. Tenir hors de portée des enfants.

Les huiles essentielles anti-virales à ingérer pour vous aider à éliminer les verrues

Les huiles essentielles anti-virales à ingérer pour vous aider à éliminer les verrues

Pourquoi on l’aime : les verrues sont causées par un virus, le virus HPV. Elles apparaissent fréquemment lors d’une baisse du système immunitaire, d’un stress ou d’une fatigue intense. Cette synergie à avaler aide à renforcer les défenses immunitaires pour mieux combattre les infections virales qu’elles soient respiratoires ou cutanées.

Ingrédients :

  • 50 gouttes d’huile essentielle de ravintsara
  • 30 gouttes d’huile essentielle de sarriette des montagnes
  • 20 gouttes d’huile essentielle de clou de girofle
  • 40 gouttes d’huile essentielle de bois de Hô
 

Préparation : versez les huiles essentielles dans un flacon compte-goutte de 5 ml en respectant les dosages préconisés. Secouez pour homogénéiser la préparation.

Comment l'utiliser :

avalez 2 gouttes chaque matin sur un sucre, un comprimé neutre, une mie de pain ou dans une cuillère d’huile végétale. Cette synergie s’utilise pour une durée limitée afin de booster le système immunitaire : 10 jours maximum. Pour une utilisation prolongée, préférez 2 gouttes de ravintsara chaque matin pendant un mois.

Précaution : ne pas utiliser chez la femme enceinte ou allaitante ou les enfants de moins de 12 ans. Ne pas utiliser chez les personnes asthmatiques ou en cas de pathologie hépatique. Pas d'utilisation prolongée sans avis médical. Demander conseil à un professionnel de la santé.

Poudre anti-transpirante aux huiles essentielles pour prévenir le développement des verrues plantaires

Poudre anti-transpirante aux huiles essentielles pour prévenir le développement des verrues plantaires

Pourquoi on l’aime : efficace, pratique et simple à réaliser, cette poudre anti-transpirante s’applique sur les pieds et peut être déposée dans les chaussures pour diminuer la transpiration, assainir la peau et ainsi limiter l’apparition et le développement des verrues plantaires favorisés par une transpiration excessive.

Ingrédients :

  • 30 g de bicarbonate de soude
  • 30 g d’argile blanche
  • 30 g de rhassoul
  • 20 gouttes d’huile essentielle de palmarosa
  • 20 gouttes d’huile essentielle de tea tree
 

Préparation : dans un bol, déposez le rhassoul et l’argile blanche à l’aide d’une cuillère ou d’une spatule en bois, incorporez le bicarbonate de soude puis mélangez. Ajoutez enfin les huiles essentielles et homogénéisez la préparation. Placez votre poudre dans un vieux flacon de talc. Ces flacons sont très pratiques car ils permettront de saupoudrer aisément votre déodorant. A défaut, placez votre mélange dans un pot en verre.

Comment l'utiliser :

a saupoudrer dans les chaussures et sur la voûte plantaire. Étalez la poudre à la main. Peut s’utiliser quotidiennement voire 2 fois par jour.

Précaution : ne pas ingérer. Ne pas inhaler. Déconseillé aux femmes enceintes et allaitantes et aux enfants de moins de 8 ans.

Crème hydratante pour peaux ultra sèches pour prévenir l’apparition des verrues

Crème hydratante pour peaux ultra sèches pour prévenir l’apparition des verrues

Pourquoi on l’aime : une peau sèche et abîmée est propice au développement des verrues. Une crevasse ou une petite excoriation servira de porte d’entrée au virus HPV et favorisera les développements de verrues. A base d’urée, actif kératolytique et hydratant ultra-efficace, cette crème hydrate les peaux sèches et abîmées et réduit les callosités.

Ingrédients :

  • 15 g d’urée
  • 8 ml d’huile végétale d’amande douce
  • 3 g de cutina
  • 30 ml d’hydrolat de sauge
  • 0,15 g de bicarbonate de soude
  • 12 gouttes d’isocide
  • 4 gouttes de vitamine E
  • 6 gouttes d’huile essentielle de tea tree
 

Préparation : dans un premier bol, placez 8 ml d’huile végétale d'amande douce et 3 g de cutina. Dans un second bol, mélangez 30 ml d’hydrolat de sauge, 0.15 g de bicarbonate de soude et 15 g d'urée (broyée au préalable dans un mortier pour réduire la taille des grains). Faites chauffer 2 casseroles d’eau. Lorsque l’eau frémit, placez simultanément vos 2 bols au bain-marie et laissez chauffer vos préparations sans mélanger ni remuer (l’eau doit rester frémissante). Dès que la cutina a totalement fondu, patientez encore 1 minute afin d’obtenir la bonne température puis sortez les bols du bain-marie. Versez sans attendre la phase aqueuse dans la phase huileuse (2e bol dans le 1er bol) et battez énergiquement au moins 5 minutes jusqu’à l'obtention d’une texture homogène et onctueuse. Laissez refroidir puis ajoutez 12 gouttes d’isocide, 6 gouttes d’huile essentielle de tea tree et 4 gouttes de vitamine E. Mélangez puis transvasez dans un pot à l’aide d’un ustensile en silicone. Laissez refroidir 15 minutes.

Comment l'utiliser :

appliquez sur les pieds ou les mains, sur une peau sèche et propre. Massez pour faire pénétrer la crème. Pour encore plus d’efficacité, la crème peut être apposée sur les pieds et les mains le soir, en couche épaisse. Laissez pénétrer toute la nuit sous un gant ou une chaussette. Cette crème peut s’utiliser quotidiennement.

Précaution : déconseillé aux femmes enceintes, allaitantes et aux enfants en-dessous de 8 ans. Ne pas appliquer sur les muqueuses ou sur le visage.

Contre-indications:

Les huiles essentielles sont généralement déconseillées pour les femmes enceintes (pendant toute la grossesse), allaitantes et chez les enfants de moins de 8 ans (12 ans pour certaines huiles essentielles). Lire attentivement les contres indications de chaque huile essentielle.
Ces propriétés et modes d'utilisations ne constituent pas un avis médical. Pour un usage thérapeutique consultez un médecin.

   Qu’est-ce qu’une verrue ?

Qu’est-ce qu’une verrue ?

Qu’est-ce qu’une verrue ?

Les verrues cutanées sont de petites excroissances cutanées bénignes (= sans gravité). Elles peuvent revêtir des aspects très divers et se localiser à différents endroits du corps (mains, pieds, visage…). Les verrues cutanées sont à différentier des verrues génitales qui, elles, peuvent causer des lésions malignes pour lesquelles une visite médicale est indispensable.

Tous les types de verrues sont causés par un virus, le papillomavirus humain (ou HPV). Ce virus se trouve à la surface de la peau de la moitié des individus mais n’engendre de verrues que chez certaines personnes. On peut considérer qu’une verrue est peu contagieuse : il est peu fréquent d’en attraper simplement en serrant la main de quelqu’un qui aurait une verrue. Cependant, elles sont une affection cutanée assez répandue, notamment chez les enfants.

Il existe majoritairement 4 types de verrues. Elles différent par leur forme, leur localisation et le type de papillomavirus qui en est la cause.

  • Verrues vulgaires : principalement localisées sur les doigts, les mains ou autour des ongles, ce sont de petites excroissances rondes et surélevées. Elles peuvent se développer seules ou à plusieurs au même endroit.
  • Verrues plantaires : localisées sur la voûte plantaire, elles possèdent le plus souvent des petits points noirs en leurs centres et peuvent s’avérer douloureuses.
  • Verrues planes : généralement sur le visage, elles se retrouvent par plaques composées de dizaines de verrues.
  • Verrues filiformes : souvent situées sur le visage, ce sont de petites excroissances de peau allongées et molles.

    Les huiles essentielles les plus efficaces pour traiter les verrues    

 

Comparées aux traitements traditionnels comme la cryothérapie, les rétinoïdes locaux, la chirurgie locale ou les kératolytiques, les huiles essentielles possèdent un avantage indubitable : elles sont de puissants antiviraux ! En effet, les traitements conventionnels sont purement symptomatiques : c’est-à-dire qu’ils viennent à bout du symptôme (= la verrue) mais sans en traiter la cause (= le HPV). Le virus reste alors latent dans la lésion créée par l’ablation de la verrue et réapparaitra à sa guise.

Les plus efficaces sont les huiles essentielles suivantes:

 

Huile essentielle de tea tree (Melaleuca alternifolia)

Huile essentielle de tea tree (Melaleuca alternifolia)


Propriétés : connue et reconnue pour ses propriétés antivirales exceptionnelles et pour sa bonne tolérance cutanée, le tea tree est un indispensable de la trousse à pharmacie. Idéale pour les infections cutanées (furoncles, acné, mycoses, panaris, verrues, herpès…) qu’elle qu’en soit la cause !


Utilisations : en usage cutané, le tea tree s’utilise pur ou en synergie avec d’autres huiles essentielles. Pour un usage très local (bouton d’acné, verrue, mycose) il n’est pas nécessaire de le diluer dans une huile végétale. Polyvalente, l’huile essentielle de tea tree s’utilise également en diffusion comme antiseptique ou en usage interne à raison de maximum 2 gouttes 3 fois par jour.

Précautions : ne pas utiliser chez la femme enceinte, allaitante ou les enfants de moins de 8 ans. Evitez également l’utilisation chez les personnes âgées, épileptiques ou hypertendues.

Fiche produit complète / aller à la boutique

Huile essentielle de sarriette des montagnes (Satureja montana)

Huile essentielle de sarriette des montagnes (Satureja montana)


Propriétés : anti-infectieuse très puissante, elle agit contre les virus, les bactéries, les champignons et les parasites. Elle s’avère utile pour lutter contre de nombreux types d’infections : cutanées, gynécologiques, gastro-intestinales, respiratoires et même en cas d’infections tropicales. Elle possède un chémotype assez similaire à celui du thym à thymol (riche en phénols : thymol et carvacrol), en revanche il est peu pertinent de l’associer au thym à thymol car leurs actions sont relativement similaires.


Utilisations : en usage interne ou par voie cutanée, l’huile essentielle de sarriette aide à venir à bout de tous types d’infections. Dermocaustique, il faut toujours la diluer à raison de 1 goutte d’huile essentielle dans 10 gouttes d’huile végétale pour un usage cutané.

Précautions : ne pas utiliser chez la femme enceinte ou allaitante, les enfants de moins de 12 ans ou en cas de pathologie hépatique. Il est conseillé de ne l’utiliser par voie orale qu’avec parcimonie et sur de courtes périodes. Dermocaustique, l’huile essentielle de sarriette des montagnes s’utilise toujours diluée dans une huile végétale lors d’un usage cutané.

Fiche produit complète / aller à la boutique

Huile essentielle de Thym à thymol (Thymus vulgaris CT Thymol)

Huile essentielle de Thym à thymol (Thymus vulgaris CT Thymol)


Propriétés : au même titre que l’huile essentielle de cannelle de Chine, le thym à thymol est un anti-infectieux hors pair qui doit s’utiliser avec prudence. Riche en phénols comme le thymol et le carvacrol, ces puissants anti-infectieux tuent directement les germes par destruction de leur membrane cellulaire. Cette huile essentielle très puissante ne s’utilise par voir orale que sur une très courte durée.


Utilisations : par voie cutanée, le thym à thymol aide en cas de boutons de fièvre ou de mycose cutanée ou unguéale. Dermocaustique, il faut toujours le diluer à raison de 1 goutte d’huile essentielle dans 10 gouttes d’huile végétale pour un usage cutané. Il s’utilise également en diffusion pour lutter contre la fatigue chronique.

Précautions : ne pas utiliser chez la femme enceinte ou allaitante, les enfants de moins de 12 ans ou en cas de pathologie hépatique. Il est conseillé de ne l’utiliser par voie orale que de manière parcimonieuse et sur de courtes périodes. Dermocaustique, l’huile essentielle de thym à thymol s’utilise toujours diluée dans une huile végétale lors d’un usage cutané.

Fiche produit complète / aller à la boutique

Huile essentielle de cannelle de Chine (Cinnamomum cassia)

Huile essentielle de cannelle de Chine (Cinnamomum cassia)


Propriétés : antibactérienne surpuissante à très large spectre, l’huile essentielle de cannelle de Chine est également antivirale, antiparasitaire et antifongique grâce aux aldéhydes aromatiques qu’elle contient. Ajoutée à une synergie, elle renforce les propriétés des autres huiles essentielles antivirales. Un must-have qui doit être utilisé avec la plus grande précaution !


Utilisations : en usage cutané, l’huile essentielle de cannelle de Chine s’emploie en synergie avec d’autres huiles essentielles et huiles végétales pour venir à bout des infections cutanées : maximum 1 goutte de cannelle de Chine dans 10 gouttes d’huile végétale ou d’autres huiles essentielles non dermocaustiques.

Précautions : l'huile essentielle de cannelle de Chine est interdite aux femmes enceintes ou qui allaitent et aux enfants de moins de 12 ans. Ne pas utiliser en cas de pathologie hépatique. Eviter un usage prolongé. Dermocaustique, l’huile essentielle de cannelle de Chine s’utilise toujours diluée dans une huile végétale lors d’un usage cutané.

Fiche produit complète / aller à la boutique

Huile essentielle de ravintsara (Cinnamomum camphora CT cinéole)

Huile essentielle de ravintsara (Cinnamomum camphora CT cinéole)


Propriétés : l’huile essentielle de ravintsara est un antiviral exceptionnel qui de surcroit stimule les défenses immunitaires. En prévention comme en traitement, elle est idéale pour venir à bout des infections hivernales. Elle ne s’utilise que très rarement localement sur une verrue ou une affection de la peau mais elle aide, en usage interne, à renforcer l’immunité pour éradiquer herpès, verrues et autres infections virales cutanées.


Utilisations : en usage interne, elle est utilisée seule ou en synergie à raison de 2 gouttes 3 fois par jour maximum. Sûre d’utilisation et très bien tolérée lorsqu’elle est utilisée en synergie, ce sont surtout les autres huiles essentielles de la synergie qui vont dicter les doses à prendre et limiter la durée d’utilisation de la synergie.

Précautions : ne pas utiliser chez l’enfant de moins de 8 ans en usage interne, chez la femme enceinte ou allaitante. L’huile essentielle de ravintsara contient de l’eucalyptol (aussi appelé 1,8-cinéole) : prudence chez les personnes asthmatiques ou épileptiques. Evitez un usage trop prolongé par voie interne sans l’avis d’un professionnel de la santé.

Fiche produit complète / aller à la boutique

 

  Quelles sont les causes de l’apparition des verrues ?   

Quelles sont les causes de l’apparition des verrues ?

Quelles sont les causes de l’apparition des verrues ?

La verrue est causée par un virus : le papillomavirus humain. Il existe de nombreux types de papillomavirus. Certains sont responsables des verrues cutanées, d’autres des verrues génitales, d’autres encore sont responsables des cancers du col de l’utérus. L’implication du virus HPV dans la survenue des verrues est reconnue mais son mécanisme d’action et de prolifération n’est quant à lui pas clairement établi.
Ce virus se trouve très souvent à la surface de la peau sans pour autant causer de lésions (on dit alors que les individus sont « porteurs sains »). Chez certaines personnes, le virus pénétrerait dans les tissus cutanés par une petite plaie, une excoriation ou une crevasse et engendrerait une verrue.

Certains facteurs favorisent la prolifération du HPV au niveau cutané et l’apparition de verrues :

  • les milieux humides et surchauffés (piscines, douches, salles de sport, hammam) sont idéaux pour faciliter la transmission et la prolifération du HPV. Les virus, très résistants, peuvent survivre assez longtemps sur les sols des piscines ou des douches avant d’infecter d’autres hôtes qui auraient une petite excoriation cutanée.
  • l’hyperkératose (accumulation de kératine et de peaux mortes, appelée communément « callosités ») est liée à une sècheresse cutanée excessive. Elle survient souvent au niveau des pieds et des mains et favorise l’apparition de petites excoriations propices au développement de l’HPV.
  • la transpiration plantaire excessive favorise également la prolifération du HPV.
  • les verrues apparaissent souvent à l’occasion d’un stress intense, d’une fatigue profonde ou d’un épuisement mental. Les virus HPV présents à la surface de la peau profitent alors d’une baisse de notre tonus et de notre immunité pour pénétrer dans nos cellules et générer l’apparition de verrues.
  • un terrain génétique propice favorise le développement du HPV. C’est pourquoi certaines personnes développent des verrues alors que d’autres restent porteurs sains de l’HPV.
  • chez les patients immunodéprimés (SIDA, prise de médicaments qui diminuent l’immunité), le risque d’apparition de verrues est augmenté. En effet, la prise de médicaments qui diminuent l’immunité (en cas de greffe d’organes, de maladie auto-immune…) favorise la prolifération du virus HPV. Chez ces patients, les verrues sont souvent nombreuses, de formes et de tailles très diverses. En cas d’immunodépression ou de prise d’immunosuppresseurs, l’évolution des verrues doit être régulièrement suivie par un professionnel de la santé pour éviter tout risque de transformation maligne.

Il est démontré que les verrues sont plus fréquentes chez les personnes exerçant des métiers pour lesquels ils manipulent de la viande ou du poisson. Le corps médical n’est actuellement pas en mesure de l’expliquer puisqu’il semblerait que l’être humain soit le seul porteur de ce virus, d’où son nom de « papillomavirus humain ».

 

Sans traitement, comment peuvent évoluer les verrues ?

Sans traitement, comment peuvent évoluer les verrues ?

De nombreuses verrues se résorbent d’elles même après 1 ou 2 ans, sans aucun traitement. Les mécanismes de survenue et de disparition des verrues sont encore méconnus.
On peut parfois comparer les verrues à un herpès labial, autre lésion cutanée causée par un virus : l’herpès simplex. L’herpès labial dure certes moins longtemps mais apparait et disparait au rythme des cycles féminins, du stress, de la fatigue ou des saisons. Ici encore, les raisons de son apparition sont non résolues.
Si l’inconvénient esthétique est accepté par le patient, il est souvent conseillé de ne pas traiter et d’attendre une résorption spontanée. En revanche, dans certains cas il est important d’aller consulter un médecin (voir Quand consulter un médecin?).

Après traitement de la verrue chez un dermatologue, il est très rare que le virus HPV soit éradiqué. Il restera présent à l’état latent, en l’attente d’un nouveau terrain propice pour re-proliférer. Un traitement local à base d’huiles essentielles antivirales prend alors tout son sens pour faire disparaitre le virus de la lésion.

Quand consulter un médecin en cas de verrues ?

Les verrues cutanées sont bénignes dans la très grande majorité des cas. Elles n’engendrent donc pas de risque supplémentaire de cancer cutané. Peu contagieuses, elles ne se transmettent que rarement par contact direct entre personnes. Elles sont simplement inesthétiques et peuvent s’avérer dérangeantes voire douloureuses si elles sont localisées près de l’ongle ou entre deux doigts (ou orteils).
Il est nécessaire de consulter un médecin dans les cas suivants :

  • si la verrue dérange ou devient douloureuse.
  • en cas de fréquentation régulière de piscines ou des douches de salles de sport, il est conseillé de traiter la verrue pour éviter une contamination d’autrui.
  • en cas de verrue ulcérée (qui suinte, qui ne cicatrise pas, qui est rouge et gonflée ou qui semble infectée constamment), une consultation médicale est nécessaire pour éliminer tout risque de cancer cutané pouvant prendre l’aspect d’une verrue.
  • pour une verrue péri-unguéale, le risque de lésion cutanée maligne doit également être écarté par un dermatologue.
  • si le nombre de verrues augmente, si elles prolifèrent, changent de couleur ou d’aspect.
  • si une verrue se met à saigner sans raison apparente.

En cas de verrues génitales (aussi appelées condylomes), une consultation médicale est indispensable. En effet, les papillomavirus responsables de ce type de verrues sont également responsables du cancer du col de l’utérus. Ces verrues doivent être enlevées rapidement par un dermatologue ou un gynécologue. De plus, ces verrues peuvent se transmettre au partenaire lors d’une relation sexuelle. Les condylomes génitaux sont d’ailleurs considérés comme une maladie sexuellement transmissible.

 

 

 

      Astuces au quotidien   

Conseils pour prévenir l’apparition des verrues

Conseils pour prévenir l’apparition des verrues

  • Pour prévenir efficacement les verrues des mains et des pieds, il est vivement conseillé d’avoir une bonne hygiène notamment en se lavant les mains régulièrement et en luttant contre la transpiration excessive des pieds. Du bicarbonate de soude ou du talc peuvent être dispersés sur la plante des pieds ainsi que dans les chaussures pour diminuer efficacement et naturellement la transpiration plantaire.
  • Il est également important de réduire la sècheresse cutanée en appliquant régulièrement une crème hydratante et nourrissante. En hiver, la peau des mains et des pieds s’assèche et de petites plaies ou crevasses peuvent apparaitre. Ces plaies qui passent parfois inaperçues permettent l’infection par le virus HPV présent à la surface de la peau.
  • L’hyperkératose des mains et des pieds doit également être limitée. Pour lutter contre l’hyperkératose, les crèmes à l’urée ou à l’acide salicylique sont indiquées. Vous pouvez la fabriquer vous-même en vous basant sur notre recette en début de cet article ou vous la procurer en pharmacie. Il est important de choisir une crème contenant minimum 20% d’urée si la kératose est importante.
  • Après ablation d’une verrue chez le dermatologue, il est primordial de laver régulièrement la zone traitée et de la couvrir avec un sparadrap jusqu’à sa cicatrisation pour éviter de se re-contaminer ou de contaminer les autres. En effet, une verrue entaillée ou lésée infectera plus facilement d’autres parties du corps.
  • Pour limiter la contagion des verrues plantaires, il est préférable de porter des chaussures fermées ou en cas de port de sandales, de protéger la verrue avec un sparadrap. En cas de contact avec la verrue, se laver soigneusement les mains. Evitez également les piscines ou autres bains publiques.
  • Éviter de marcher pieds nus dans les lieux publiques humides : piscines, hammams, spas, …
  • Ne jamais essayer d’arracher ou de râper la verrue vous-même à l’aide d’une lame de rasoir par exemple, au risque de garder une vilaine cicatrice et de voir votre verrue réapparaitre au bout de quelques semaines.

Bibliographie

  • Société française de dermatologie - Les verrues https://dermato-info.fr/fr/les-maladies-de-la-peau/les-verrues
  • Porter RS, Kaplan JL Le manuel Merck de diagnostic et thérapeutique. 5ème édition française, 19ème édition of the Merck manual of diagnosis and therapy. Les éditions de médecine 2014. P959-960.
  • Baudoux D Les cahiers pratiques d’aromathérapie selon l’école française Vol. 1 pédiatrie, Vol. 2 dermatologie et Vol. 5 grossesse. Collection : l’aromathérapie professionnellement. Ed. 2011
  • Baudoux D et Breda M.L. Huiles essentielles chémotypées. Aromathérapie scientifique. Ed. J.O.M. 2015
  • Baudoux D Guide pratique d’aromathérapie familiale et scientifique. Mes 12 huiles essentielles préférées dans 100 formules très efficaces pour 300 maladies. Ed J.O.M. 2014
  • Festy D Mon abécédaire illustré des huiles essentielles. Ed. Leduc.s 2015
  • VIDAL Recos : recommandations et pratique 3ème édition. Ed. VIDAL 2009
  • Faucon M. Traité d’aromathérapie scientifique et médicale : les huiles essentielles. Fondements et aide à la prescription. Ed. Sang de la Terre 2017
  • Baudoux D AROMATHERAPIE. Ed. Dunod 2017



NOTE: Cet article a été rédigé par un pharmacien. Les données qui y sont résumées proviennent de la littérature scientifique et des références citées ci-dessus. Pour un avis médical, en cas de symptômes particuliers ou prolongés, veuillez consulter votre médecin. Lui seul sera à même de réaliser un diagnostic précis et de vous procurer, cas échéant, le traitement le plus approprié.

Articles en relation

Partager ce contenu